Skip to main content

«Vers une intégration systématique des efforts pour mettre fin aux mutilations génitales féminines» - Dialogue international des parties prenantes

27 novembre 2018

Les inscriptions sont cloturées

La description

Contexte

Les mutilations génitales féminines (MGF) sont reconnues au niveau international comme une violation flagrante des droits de l'homme, une forme de violence contre les femmes et les filles et une manifestation de l'inégalité des sexes. En tant que tel, son élimination est incluse comme objectif spécifique dans l’objectif de développement durable 5 consacré à l’égalité des sexes. Selon des recherches menées par l'UNFPA, si les tendances actuelles se poursuivent dans la même direction, 68 millions de filles seront confrontées à la mutilation génitale féminine entre 2015 et 2030[1]. Selon les données de l'UNICEF, plus de 200 millions de femmes et de filles sont aujourd'hui victimes de MGF[2].

Les nouveaux chiffres prévoient que les estimations actuelles de 3,9 millions de filles excisées chaque année atteindront 4,6 millions d’ici à 2030, à moins que des efforts massivement intensifiés ne soient déployés de toute urgence pour éviter que cela ne se produise. Cette augmentation est due à la croissance démographique estimée dans les communautés pratiquant les MGF.

  • Dans ce contexte, nous devons de toute urgence pousser la communauté internationale à intensifier ses efforts et à veiller à ce que nous travaillions efficacement à l'abandon des MGF et à la fourniture de services adéquats aux femmes et aux filles touchées.

Le 27 novembre, le réseau européen End FGM, AIDOS et GAMS Belgique, soutenues par le programme conjoint UNFPA/UNICEF sur les MGF et la Banque mondiale, organiseront un dialogue international des parties prenantes sur la fin des mutilations génitales féminines. Le thème choisi pour la réunion est «Vers une intégration systématique des efforts pour mettre fin aux mutilations génitales féminines».


La réunion est ouverte aux personnes des secteurs public, privé et des organisations de la société civile, en Afrique et en Europe, œuvrant pour l'abolition des MGF.

Cette réunion offrira aux participants des possibilités de :

  • Rencontrer d'autres professionnels œuvrant dans intégration systématique des efforts pour mettre fin aux mutilations génitales féminines
  • Participer au dialogue avec les autres parties prenantes et partager des expériences et des connaissances sur la prévention et le traitement des MGF;
  • Approfondir leurs connaissances des stratégies d'intégration systématique des efforts contre les mutilations génitales féminines ;
  • Explorer collectivement les principaux obstacles à l’intégration systématique des MGF, en particulier pour la prévention et les soins;
  • Identifier les stratégies et les opportunités pour surmonter les obstacles.

La réunion s'appuie sur le travail de la communauté de pratique des MGF (CoP) qui fournit des espaces virtuels pour la discussion collective, les idées et le partage d'informations sur les MGF du point de vue des ponts (Afrique-Europe).

Les résultats de la réunion seront repris dans les travaux de la CoP et pourra inspirer les professionnel.le.s d’autres régions où les MGF ne sont pas encore intégrées dans les programmes et dans différents secteurs. En outre, le dialogue se déroulera parallèlement à la réunion annuelle du groupe de travail des donateurs sur les MGF, offrant une opportunité idéale pour renforcer les liens et la coopération existants avec les principaux donateurs et permettre une stratégie commune.

Pourquoi une réunion sur l'intégration systématique des Mutilations Génitales Féminines ?

Il est largement admis que l'intégration des mutilations génitales féminines dans des programmes plus larges – le « mainstreaming » -, tels que la santé et les droits sexuels et reproductifs, les violences basées sur le genre, les droits humains et les droits des femmes, ainsi que dans des secteurs différents (tels que l’éducation, l’asile, la santé, la recherche, l’application de la loi, la protection de l'enfance) - est la clé pour mettre fin à la pratique. Le rapport d'analyse de performance du programme conjoint FNUAP / UNICEF pour la phase II (2018) indique que «les personnes sont plus susceptibles d'adopter des messages provenant de membres respectés de la communauté tels que les sages-femmes et les enseignants, par opposition aux étrangers. De plus, les femmes et les filles qui ont subi une mutilation génitale féminine ont besoin d'un accès rapide à des services - tels que des services de soins de santé et de soutien psychosocial - disponibles pour faire face aux conséquences physiques, émotionnelles et psychologiques de la pratique ».

En outre, il est prouvé que les professionnel.le.s peuvent jouer un rôle majeur dans la protection, la prévention et la prise en charge des filles et des femmes présentant des MGF. Cela a été reflété dans plusieurs engagements politiques et recommandations.

Mais comment transformer ces engagements, recommandations et leçons apprises en initiatives concrètes et réussies? Comment pouvons-nous nous assurer que les mots sont suivis d'actions efficaces?

Le dialogue tentera de répondre à ces questions cruciales en s'appuyant sur les enseignements clés tirés de l'Afrique et de l'Europe, ainsi que d’autres régions concernées par ces pratiques (Moyen Orient, Asie, etc.)

Objectifs du dialogue:

- Favoriser les partenariats de travail, les alliances et les réseaux entre les participants afin d’intensifier les efforts en matière de politiques et de pratiques;

- Recommander les pratiques et les interventions les plus prometteuses pour intégrer la mutilation génitale féminine dans des programmes plus larges dans différents secteurs;

- Identifier les principaux défis / obstacles qui entravent l'efficacité de ces interventions;

- Favoriser l’apprentissage mutuel inter-régional et la diffusion de bonnes pratiques dans les régions où l’intégration systématique des efforts pour mettre fin aux MGF n’est pas encore développée

- Encourager l'engagement des responsables politiques et des décideurs de différents pays dans d'éventuelles actions transnationales concrètes visant à assurer la prévention des mutilations génitales féminines et la protection des filles en danger.

Méthodologie: le dialogue multipartite permettra une interaction entre les participant.e.s, donnant l'occasion de parler ouvertement et de relever des défis.

Les thèmes suivants seront discutés (préliminaires):

  • « Intégration de la prévention des mutilations génitales féminines dans le secteur de la santé» - y compris une discussion sur la médicalisation
  • « Intégration des efforts visant à abolir les mutilations génitales féminines dans les programmes de SDSR »
  • « Intégration des efforts visant à abolir les mutilations génitales féminines dans les programmes traitant de la violence sexiste »
  • « Intégration des efforts visant à abolir les MGF dans les programmes scolaires»

***Informations pratiques***

Date et lieu : 27 novembre 2018, Paris. Plus d'informations seront fournies une fois votre demande acceptée.

Quelle est la langue de l'événement?

Anglais et français. Une traduction simultanée sera fournie.

Qui peut demander à participer au dialogue avec les parties prenantes?

Le dialogue accueille des participants issus de divers secteurs, y compris des professionnels et des représentants des gouvernements, des organisations internationales et des agences d'exécution, de la société civile / des ONG, du monde universitaire et du secteur privé. Le dialogue encourage la participation de ceux qui ont un intérêt et une expertise spécifiques dans la prévention des MGF et / ou la prise en charge des femmes et des filles touchées.

Un nombre de places ont été réservées aux membres de la communauté de pratique sur les MGF. Si vous n'êtes pas encore membre de la CoP, vous pouvez vous inscrire en ligne sur le blog : https://copfgm.org/a-propos/about/registration-form/

Vous pouvez soit appliquer en tant que participant ou proposer une présentation de votre travail.

Comment puis-je postuler?

En cliquant sur le bouton « S’INSCRIRE »

Quand dois-je postuler?

Dès que possible. Sivous êtes en train de postuler pour une subvention, veuillez postuler au plus tard le 15 octobre 2018.

Quel est le coût de la conférence?
La participation à la conférence est gratuite.

L'organisateur peut-il couvrir les dépenses des participants?

La CoP peut couvrir les coûts d'un nombre limité de participant.e.s (voyages vers / depuis Paris, visas et subsistance). Si vous souhaitez demander le subside, merci de remplir le formulaire spécifique qui sera disponible pendant l’inscription. (2. OPTIONS D’INSCRIPTION)

Nous vous assurons que vos données personnelles et vos images seront uniquement utilisées pour cet évènement et ne seront pas partagées ou vendues à un tiers.




[1] Voir le communiqué de l’UNFPA ici. Et l’infographique https://www.unfpa.org/resources/bending-curve-fgm-...

[2] Female Genital Mutilation/Cutting: A Global Concern, UNICEF, 2016, accessible ici.



Détails

Début: 27 novembre 2018
Fin: 27 novembre 2018
End FGM European Network, AIDOS, GAMS Belgique

Paris
France